À venir en 2018…

Colloque 2018-Canada

Advertisements

De l’habitude de vie à l’éditorialisation : Translittératie et communs de la connaissance pour une participation sociale en réseaux

20161209_095124

Peut-on penser à une/des nouvelle(s) habitude(s) de vie numérique(s) ?
Comment pourrait-on la/les mesurer ? Et quel(s) effet(s) aurait sa réalisation sur la participation sociale des personnes ayant des incapacités ?
Cette communication a été présentée dans la journée d’études annuelle de RessourcialGroupement Social de Moyens (GSM), à Lyon en France.

Voir le programme de la journée : http://www.ressourcial.fr/blog/2016/11/07/les-usages-numeriques-des-personnes-que-nous-accompagnons-ou-accueillons-au-risque-dune-fracture-numerique/

Consulter la conférence sur : https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8QnVNX1BvaGVSS3M

 

Digital traceability and social participation of persons with disabilities: inclusive environment, archives and collaborative activities

image4The digital affects all aspects of our lives. It changes the relationship between people, by modifying the symbolic interaction and producing a traceability of persons and objects. The new digital environment is constantly changing, and offers unlimited opportunities for many communities and wider publics, allowing them to express themselves and their needs, and to build their projects. Persons with different types of disabilities find new manners of communication and new ways of carrying out their life habits.The digital, as a culture, modifies the information itself, its sharing and its usage. How can we deal with the e-information?

How can we define the social participation in the digital era? And what are the forms of digital uses which facilitate the inclusion of persons with disabilities and promote the exercise of their rights?

This lecture took place in the Faculty of Psychology in Catholic University-Widya Mandala in Surabaya City in Indonesia on september 26th of 2016. To view the presentation: https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8MUtOUm9VRUNSem8

Here are some tweets of the conference:

This slideshow requires JavaScript.

 

 

Digital trace, mental health & social participation

image2

image1

From the interaction in the interpersonal communication to the traceability on internet: how can we comprehend the communication and the social participation in the digital era?
Can we explain digital as an environment, as a culture? And what is the relationship
between this new ecosystem and disability?
Achieve social participation (the case of population with psychiatric disabilities) in the digital environment means doing archives, memory projects and commons… to implement a digital presence.
This presentation took place in the School of Communication in the Catholic University of Indonesia-Atma Jaya in Jakarta on September 16th of 2016.It came after a meeting with Pr. Eko Widodo, dean of Faculty of Business Administration and Communication and Pr. Dorien Kartikawangi, head of the School of Communication. It was continued by a meeting with members of ASPIKOM, the Association of Communication Higher Education in Indonesia.

To view the presentation: https://drive.google.com/file/d/0B0pzbHXvgDK8bENDVUZnenFRWk0/view?usp=sharing

 

E-INCLUSION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PSYCHIQUE : Faire des traces numériques un environnement commun et participatif ?

LCN Enjeux du big data 2016

Issues de toute activité dialogique avec les machines connectées, les empreintes des usagers tracent le paysage du numérique, un « écosystème dynamique » (Doueihi, 2013). Les personnes vulnérables, dont celles en situation de handicap psychique, trouvent dans la Cibercultura (Rüdiger, 2011) une sortie de l’isolement vers une nouvelle sociabilité numérique. Selon le Modèle de développement humain et le Processus de production du handicap (MDH-PPH2), la situation de handicap se produit dans l’interaction entre facteurs individuels et environnementaux (Fougeyrollas, 2010). Comment le numérique, approché comme environnement, peut-il favoriser l’inclusion de la population en situation de handicap psychique ? Le profilage de l’usage numérique individuel permet aux grandes firmes de l’internet de collecter les empreintes, de leur donner un sens et conséquemment d’utiliser ces traces pour des finalités diverses. Quel serait le cas si la production et la gestion de ces traces numériques (Mille, 2013) s’orientaient vers des usages contributifs dans le but d’en faire des biens communs numériques (Le Crosnier, 2010) ? Notre article questionne les usages numériques d’un groupe de personnes en situation de handicap psychique au Havre en 2013-2014. Notre étude ethnométhodologique et notre observation de leurs activités montrent une utilisation du numérique orientée d’avantage vers le contact social et le loisir. Les membres du groupe hésitent à participer au montage d’un projet online coopératif, se méfiant de l’intrusion du numérique dans leur vie caractérisée par des troubles de comportements (Zribi, Sarfaty, 2008). Nous appelons donc à une « translittératie » (Merzeau, 2014) pour éduquer au numérique et défier les difficultés à la participation sociale de cette population. Investir les traces numériques dans des travaux collaboratifs communs pourrait ainsi constituer une voie pour la construction d’une société inclusive avec le digital.

Article publié dans le numéro de la revue Les Cahiers du Numérique “Enjeux du big data et identifications des données médicales”, sous la direction de JOËL COLLOC et BRUNO HÉNOCQUE, vol. 12, n° 1-2, en juin 2016, p. 133-169.
Title and abstract (english version)

E-INCLUSION OF PERSONS WITH PSYCHIATRIC DISABILITY: Transforming digital traces into a common and participatory environment?

Imprints of users trace the landscape of a “dynamic ecosystem” (Doueihi, 2013), derived from any dialogic activity with the connected machines, which constitutes the digital. Vulnerable persons, including those with psychiatric disability, put in the Cibercultura (Rüdiger, 2011) an end to their isolation towards a new digital sociability. According to the Human Development Model-Disability Creation Process (HDM-DCP2), the disability occurs in the interaction between individual factors and environmental factors (Fougeyrollas, 2010). But if we approach the digital as an environment, how would it promote the inclusion of the population with psychiatric disability? The profiling of the individual digital use allows large companies of the Internet to collect imprints, give them meaning and therefore use these traces for various purposes. What would occur if the production and management of these digital traces (Mille, 2013) was directed towards contributing uses, in order to make digital commons (Le Crosnier, 2010)? Our article questions the digital uses of a group of persons with psychiatric disability in Le Havre in 2013-2014. Our ethnomethodological study and our observation of their activities show a use of the digital further oriented towards social contact and entertainment. The group members’ hesitate to participate in the montage of a collaborative online project, mistrustful of the intrusion of the digital in their life characterized by behavior disorders (Zribi, Sarfaty, 2008). We call for a “transliteracy” (Merzeau, 2014) for an education about the digital and to a defiance of the difficulties for a social participation of this population. Investing digital traces in common collaborative works could be a way to build an inclusive society with digital.

A CULTURA DIGITAL E A PARTICIPAÇÃO SOCIAL DE PESSOAS COM INCAPACIDADES PSÍQUICAS: Investir os rastros digitais em uma presença

imageConferencia Unilasalle-31.05.2016

 

 

Como a cultura digital favorece a participação social da população com incapacidades psíquicas? Como podemos pensar a rastreabilidade digital em uma abordagem inclusiva e quais atividades são úteis para superar a situação de disability?

Essa palestra foi apresentada na disciplina Diversidade cultural e reconhecimento social na Universidade Unilasalle Canoas em Rio Grande do Sul – Brasil, em 31 de maio de 2016. 

Traces numériques, discrimination et recrutement en Haute Normandie : la situation des personnes à limitation fonctionnelle psychique.

Afficher l'image d'origine

Université du HavreThèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication à l’Université du Havre en France, sous la direction de Béatrice Galinon-Mélénec et Louise Merzeau.

Jury: Michel Arnaud (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Hervé Le Crosnier (Université de Caen Normandie), Michèle Moulina (Université de Caen Normandie), Joël Colloc (Université du Havre), Béatrice Galinon-Mélénec (Université du Havre) et Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

– Recherche soutenue par le Conseil Régional de Haute Normandie (2011-2014).

  • Table des matières

I. Liminaire : Fragments hybrides, incapacité et emploi

  1. La trace : Une production volontaire et involontaire

  2. La recherche d’emploi : Une recherche des traces

  3. L’altération psychique : Une situation de handicap

  • Pré–enquêtes : Chercheurs d’emploi ayant des limitations fonctionnelles psychiques, familles et recruteurs
  1. Présentation de la démarche

  2. Préparation des pré-enquêtes et contact avec des acteurs

  3. Objectifs des pré-enquêtes

  4. Résultats de l’exploration

II. Première partie : L’individu un acteur interagissant avec les éléments environnementaux 

  1. L’interaction : Processus dynamique d’interprétation et de construction de sens

  • Le pragmatisme : Le rôle de l’expérience dans la connaissance

  • L’interactionnisme symbolique : La signification émerge de l’interaction avec autrui 

  • Les représentations : Systèmes d’interprétations qui commandent la relation de l’individu 

  • Le capital social : Taille du réseau, volume de ressources et chances d’accès

  1. L’environnement : Conditions naturelles et sociologiques

  • Contextes du développement

  • Le systémisme : Approcher des phénomènes par les systèmes

  • Le constructivisme : L’activité comme source de connaissance

  1. La limitation fonctionnelle psychique : Restriction de la capacité d’accomplir certaines activités

  • Qu’est-ce qu’une limitation fonctionnelle ?

  • Populations en situation de handicap

  • Le handicap : Enjeux de définition

  • Le handicap : Des coûts directs et indirects

  • Discrimination et stigmate 

  • Discrimination vs inclusion

  1. Le numérique : Usages, traçabilité et culture

  • Qu’est-ce que le numérique ?

  • Traces : Des empreintes aux interactions

  • Trace, identité, présence

  1. Le recrutement : Processus, pratiques et communication

  • Le recrutement : Un processus de plusieurs phases

  • La recherche d’emploi : Méthodes et tactiques

  • L’entretien en face-à-face : Une situation « encadrée »

  • E-recrutement : Une nouvelle logique ?

  1. L’individu : Système complexe des interactions humaines et machiniques

  • Une approche systémique interactionniste : La communication inclue l’ensemble des processus par lesquels les acteurs s’influencent mutuellement

  • Une approche ethno technologique : Des usages numériques variés, des modèles de connaissance composites

  • Problématique et hypothèses

III. Deuxième partie : Positionnement méthodologique, enquêtes et analyse de résultats

  1. Approche méthodologique
  2. Méthodes d’observation et de collection de données
  3. Recueil de données
  4. Emploi de temps quotidien et pratiques de communication des sujets
  • Activité du jour et communication en présence réelle

  • Choix de dispositifs de l’information et de la communication

  • Conclusion

    5. Usages de l’informatique et du numérique par les sujets

  • Quatre types

  • Trois modèles en ligne

  • L’amitié numérique

  • Le calcul algorithmique des traces numériques

  • Conclusion

    6. Représentations sociales des sujets

  • Jeu vidéo et recherche du lien social

  • Maladie psychique plutôt que handicap

  • Emploi déterminé par le temps, l’éducation et les expériences

  • Conclusion

    7. Représentations sociales des organismes d’accompagnement

  • Le numérique : Une « boîte noire » ?

  • Le handicap psychique plutôt que la maladie

  • Une société de pleine activité plutôt que de plein-emploi

  • Le numérique pour une e-inclusion sociale et professionnelle

  • Conclusion

IV. Conclusion générale

  • Résumé

En 2011, 9.7 millions de personnes souffrent d’une limitation fonctionnelle en France (Dares analyse, 2013). Celles ayant une limitation fonctionnelle psychique, sont atteintes d’un dysfonctionnement de la personnalité caractérisé par des perturbations de l’adaptation sociale (Sarfaty, Zribi, 2008). Souvent exclues, ségréguées et discriminées, elles trouvent difficilement leur place dans l’espace social « ordinaire ». Le numérique, qui constitue aujourd’hui pour le plus grand nombre un environnement culturel et social, « une culture » (Doueihi, 2013), met à leur disposition divers moyens pour s’évader mais aussi pour construire des réseaux et partager des savoirs. Peut-il leur être un apport dans leur démarche d’intégration sociale et d’adaptation professionnelle ? Considérant que le handicap résulte de processus d’interactions entre les facteurs individuels et environnementaux de la personne (Fougeyrollas, 2010), nous avons étudié ethnométhodologiquement l’activité de jour et la communication d’un groupe de huit sujets ayant des limitations fonctionnelles psychiques dans une résidence d’accueil spécialisée au Havre. De plus, nous avons interrogé les acteurs de neuf organisations d’accompagnement de ce public, pour comprendre leurs représentations sociales sur le handicap psychique, l’employabilité de ces personnes et leurs pratiques du numérique.
Nos résultats montrent que certains sujets se servent du numérique pour participer aux débats publics, produire, publier et partager de l’information, acheter, jouer et échanger. L’objectif derrière ces activités numériques est le tissage du lien social, qui s’avère un paramètre clé de l’employabilité. Pour la majorité le numérique facilite leur communication et leur participation sociale, mais il n’est pas exploité dans la recherche d’emploi ou dans une activité professionnelle. Mais certaines souffrent d’une analphabétisation informatique et deviennent victimes de marginalisation sociale, culturelle et économique, appelant des actions spécifiques en faveur d’elles. Nous concluons à l’intérêt de la mise en place d’un clubhouse connecté, où les sujets peuvent adhérer à des projets numériques collectifs et collaboratifs mais aussi à des emplois de transitions (ET) en coopération avec des entreprises. Ainsi, inciter le sujet à avoir des pratiques numériques associatives participatives, l’accompagner en coprésence et adapter son environnement, sont trois initiations capitales pour réussir son inclusion sociale et professionnelle.

Pour citer la thèse : SABA AYON H. (2014). Traces numériques, discrimination et recrutement: la situation des personnes ayant des limitations fonctionnelles psychiques. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université du Havre.