Incapacité psychique et « participation sociale en réseaux » : Dépasser le « score social » vers des contributions mémorielles collectives

Image1

Comment le numérique affecte-t-il les activités courantes et les rôles sociaux des personnes ayant des incapacités psychiques ? Comment recompose-t-il leurs identités et quelles seraient ses conséquences sur leur participation sociale (Fougeyrollas, 1998, 2010) ? Nous interrogeons l’usage du numérique par un groupe de personnes ayant des incapacités psychiques dans la ville du Havre en France et ses effets sur la construction identitaire via les traces numériques (Mille, 2013). Dans une approche méthodologique qualitative, nous observons et analysons l’élaboration des profils Facebook et leur agencement. L’éditorialisation (Vitali-Rosati, 2016) profilaire montre plusieurs modèles d’identité numérique (Cardon, 2008 ; Georges, 2008). Personnalisés et calculés, ces profils renvoient à un « score social » résultant de l’ensemble des traces numériques. Pourtant la présence numérique (Merzeau, 2010) se situe dans le temps et ne se réduit pas à la collection des traces. Ainsi nous appelons alors à investir les traces dans des contributions mémorielles valorisant les droits, les besoins et les expériences de la population ayant des incapacités psychiques. L’objectif est d’assurer un « vivre ensemble » dans le monde numérique à travers l’apprentissage permanent et l’action collective pour que les sujets puissent fonctionner avec autonomie dans la société de connaissance (CNNum, 2013). L’appropriation des traces pour des finalités d’utilité commune pourrait appuyer une « participation sociale en réseaux » des personnes souffrantes de dysfonctionnement de personnalité et d’adaptation sociale (Zribi, Sarfati, 2008).

– Ce résumé est celui d’une communication au Colloque “Regards croisés sur le handicap en contexte francophone” organisé par l’Université de Saint-Boniface et l’Université Clermont Auvergne du 12 au 15 juin 2018 – à Winnipeg (Manitoba) au Canada.

Pour consulter la vidéo de la présentation : https://www.youtube.com/watch?v=cvBaj_inshU&feature=youtu.be

Pour lire le support de la présentation : https://drive.google.com/open?id=1iAcmQk9bS1bQAEYUYv6iceilNOgkWM0L

Colloque St. Boniface 3

Voir le site du colloque : https://ustboniface.ca/rch2018/accueil

Voir le programme du colloque : https://ustboniface.ca/rch2018/file/Programme-regards-croises-1mai.pdf

Maria Fernanda Arentsen, directrice du Département d’études françaises, de langues et de littératures à l’Université de Saint-Boniface, parle du handicap et du colloque sur Radio Canada International: http://www.rcinet.ca/fr/2018/06/07/le-handicap-dans-la-francophonie-interagir-avec-les-autres-a-partir-de-notre-difference-et-de-notre-identite/

 

 

Advertisements

Ma première rencontre avec ALTER

Alter pic collective

Alter 2017, Lausanne (Switzerland).

 

La rencontre avec Alter, Société Européenne de Recherche sur le Handicap s’est tenue à Lausanne en Suisse dans le cadre d’une Conférence internationale qu’elle a organisé sur le handicap, la reconnaissance et le “vivre ensemble”.

Cette éditorialisation décrit des moments de la rencontre, des présentations scientifiques et des échanges académiques et humains :

https://storify.com/Esmera/ma-premiere-rencontre-avec-alter

Ma première rencontre avec ALTER-Storify-Lausanne, juillet 2017

 

In memoriam : Louise nous laisse sa mémoire de traces excellemment re-documentarisées

L Merzeau 2

Louise Merzeau en webinaire à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense en février 2014 (D’après André Gunthert).

 

Louise Merzeau nous a quittés. Sans prévenir, elle est partie et ne reviendra plus jamais. La tristesse est immense et infinie!
Louise Merzeau la femme, la Professeure, la chercheuse, la photographe, l’amie (que j’ai connue en 2009 à l’Université Paris Ouest en Master1 et Master2, ma co-directrice de thèse), s’est déconnectée pour toujours. Son blog de recherche, lui, témoignera de la mémoire numérique qu’elle a éditorialisée (Vitali-Rosati, 2016) soigneusement au long des années.

On n’a pas besoin de reprendre ses travaux ni de les rassembler dans de nouveaux projets mémoriaux. Elle, l’experte du numérique et des questions de mémoire et des traces, a su élaborer ses archives et les a mises dans les mains des internautes. Elle a re-documentarisé (Salaün, 2008) ses traces et a fait de son environnement numérique (Blog, Twitter, Facebook, Hangout et autres) son habitat où elle nous recevait généreusement.

Ses traces resteront sauvegardées, documentées, classifiées, et témoigneront de son expérience riche et créative qu’elle a transformée en matière commune et partagée.

Louise Merzeau, l’intelligente, la brillante, la modeste, l’humaine, la solidaire et la bosseuse, tu as marqué nos vies et ta mémoire restera et marquera à jamais la présence numérique (Merzeau, 2010) de ton vécu.

Louise, tu l’as prouvé : on peut faire mémoire de nos traces numériques, une mémoire unique et spéciale, comme tu l’étais.

Digital culture and social participation of persons with disabilities

image

How can digital culture insure the social participation of population with disabilities?

Referring to the Human Development Model- Disability Creation Process (Fougeyrollas, 2010), we believe that disability occurs in the interaction between personal and environmental factors. This process affects one’s life habits (INDCP) and subsequently their social participation.

In the digital environment, users develop new social and cultural uses. One new life habit shared by many digital users is the editorialization. According to Bruno Bachimont (2007), the concept of editorialization designates an editorial activity from the indexed fragments of a document. The aim is no longer to find a document but rather to produce new ones using new resources.

Searching for online content and combining fragments of documents to generate substance, is a new way of writing/living in the digital. We believe that a person with disability can achieve an ample part of their network social participation by developing their online presence (Merzeau, 2010) and managing new forms of digital writing.

This general lecture was held in Al-Azhar University Indonesia in Jakarta on November 29th of 2016. To check the presentation: https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8ZmZfaXBQdXNsRmc

To watch the interview : https://drive.google.com/open?id=0B-kLciZhjIfXZjBsZG1LVy11Z28

interview-with-hadi-s-a

Clubhouse connecté pour la population ayant des incapacités psychiques : pratiques numériques collaboratives, emplois de transition & communs de la connaissance

pic-2

   Le modèle du clubhouse connecté que nous proposons dans cette présentation consiste à mettre en place une éducation au numérique, une première condition pour la “participation sociale en réseau” (Saba Ayon, 2016). Conçu pour une population ayant des incapacités psychiques, le clubhouse la connecte à l’environnement numérique qui modifie instantanément l’espace urbain et les pratiques de vivre dans la ville. L’objectif est de développer une présence numérique (Merzeau, 2010) qui favorise une bonne communication et une activité collaborative et participative. Face à une traçabilité numérique exploitée par les grandes firmes pour profiler les usagers, le numérique, dans une approche culturelle (Doueihi, 2013), devrait être investi dans des projets collectifs et mémoriaux pour faire des communs de connaissance (Mulot, 2016) utiles et efficaces à la personne et à sa communauté.

Ce travail a été présenté dans le cadre du Colloque International “Pour une ville inclusive : Innovations et partenariats”, organisé par le RIPPH et le CIRRIS à l’Université Laval à Québec les 08 et 09 novembre 2016.

Voir le support de la présentation : https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8Tlg0QnZTS0YwNDA

Une vidéo de la présentation sera mise en ligne bientôt.

From social interaction to digital trace

image1

The passing from the technical computing to the cultural uses in the digital, or the passage from “computing” to “digital” (Doueihi, 2011), rewrotes the social interaction. The latter, being a process of interpretation and definition, lost the symbolic aspect (Mead, 1934) by which people establish the meaning of actions and gestures of others, and indicate in return how they would react. We are therefore faced with a paradigm shift from the interaction to traceability in an environment where we can’t not leave traces (Merzeau, 2009).

This general lecture was held in the School of Communication in Catholic University of Indonesia – Atma Jaya in Jakarta on October 24th of 2016.

To read it: https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8MDJEVFo3ZEVMb2s

Digital traceability and social participation of persons with disabilities: inclusive environment, archives and collaborative activities

image4The digital affects all aspects of our lives. It changes the relationship between people, by modifying the symbolic interaction and producing a traceability of persons and objects. The new digital environment is constantly changing, and offers unlimited opportunities for many communities and wider publics, allowing them to express themselves and their needs, and to build their projects. Persons with different types of disabilities find new manners of communication and new ways of carrying out their life habits.The digital, as a culture, modifies the information itself, its sharing and its usage. How can we deal with the e-information?

How can we define the social participation in the digital era? And what are the forms of digital uses which facilitate the inclusion of persons with disabilities and promote the exercise of their rights?

This lecture took place in the Faculty of Psychology in Catholic University-Widya Mandala in Surabaya City in Indonesia on september 26th of 2016. To view the presentation: https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8MUtOUm9VRUNSem8

Here are some tweets of the conference:

This slideshow requires JavaScript.