How does the digital environment help organizing the communication for schizophrenics?

M 3

This hypothesis stipulates that building a digital environment through archiving (organizing information structures and developing communicating/sharing strategies) can help the restitution of a schizophrenic’s communication.

This is the work of a group of researchers from the Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University in Surabaya in Indonesia. It was presented during the 3rd International Congress of Health Communication in Madrid in Spain on 19 October 2017.

To check the PowerPoint presentation:  https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8T3VsYnZMMFpFMTg

To check the video presentation on the Youtube channel of AECS Asociación Española de Comunicación Sanitaria:

Advertisements

Confused symbolic interaction of schizophrenics in a psychiatric hospital in Indonesia: Digital culture for an inclusive environment and organized communication

img_2166

Surabaya, Indonesia ((Sabá, 2016)

Authors:
Hadi SABA AYON, Erlyn ERAWAN, Michael RAHARDANTO, Jaka SANTOSA SUDAGIJONO.

The social stigma of persons suffering from mental disorders is still prevalent in Indonesia. People are often embarrassed to go to psychologists or psychiatrists due to fear of being labeled as “crazy”. Disorganization characterizes the behavior of schizophrenics. Often, people blame “spirit possession” as the cause of an apparent behavior disturbance. As their personalities and capacities to achieve daily tasks are affected, they become dependent of their assistant environment to achieve their life habits (Fougeyrollas et al., 1998). How could digital environment (Doueihi, 2013) help them restructure their behavior and promote social participation? We interviewed assistants of schizophrenic patients in a psychiatric hospital in Lawang in Indonesia on October of 2016. This survey shed light on the perception from healthcare providers of mental disorders, and their understanding of digital and social participation. The content analysis of the interviews showed that the understanding of the problem of mental disorders is limited to difficulties the patients face in social interaction and communication. Moreover, patients lack the support of the social environment, who could help them overcome their sufferings. As for digital, it boosts the patient’s capacity to communicate and express oneself. On the other hand, it carries the risk of addictions and laziness. We call for a transliteracy for users to enhance their abilities in communication but also in treatment of digital information (to search, to organize, to share). We suggest a digital activity based on creating and developing an inclusive digital environment. This construction passes by producing and editorializing content (Vitali-Rosati, 2016) about their lives, their needs and their rights, then archiving these constructions (Crozat, 2016) in a collaborative memorial project. The aim is to attempt to organize information and communication of schizophrenic user by developing and practicing information and communication strategies to deal with the digital information and its structures.

* This text is a collective contribution born from an international cooperation with Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University in Surabaya in Indonesia. It was presented in the 3rd International Congress of Health Communication in Madrid (Spain) on October 19th-20th of 2017.

To check the program of the congress: http://www.aecs.es/ICHC2017_programa.pdf

– Dr. Hadi SABA AYON, Ph.D. in information and communication sciences, is an affiliated researcher to Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University Surabaya in Indonesia.
Email: s.a.hadi@sabaeu.com
– Erlyn ERAWAN, Psy. D., is a researcher and lecturer in Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University Surabaya in Indonesia.
Email: erlynerawan2@gmail.com
– Michael RAHARDANTO, M.A., is a researcher and lecturer in Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University Surabaya in Indonesia.
Email: michaelrahardanto@gmail.com
– Jaka SANTOSA SUDAGIJONO, Masters, is psychologist, researcher and lecturer in Faculty of Psychology in Widya Mandala Catholic University Surabaya in Indonesia.
Email: jaka_s@ukwms.ac.id

Ma première rencontre avec ALTER

Alter pic collective

Alter 2017, Lausanne (Switzerland).

 

La rencontre avec Alter, Société Européenne de Recherche sur le Handicap s’est tenue à Lausanne en Suisse dans le cadre d’une Conférence internationale qu’elle a organisé sur le handicap, la reconnaissance et le “vivre ensemble”.

Cette éditorialisation décrit des moments de la rencontre, des présentations scientifiques et des échanges académiques et humains :

https://storify.com/Esmera/ma-premiere-rencontre-avec-alter

 

Le « double diagnostic » dans une perspective comparative entre la France et le Brésil : L’environnement numérique pour dépasser la situation du handicap

a étéRésultat de recherche d'images pour "airhm : Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées : une utopie ? 11-14 sept. 2017 Genève (Suisse)"

L’humain est un Homme-trace (Galinon-Mélénec, 2011). Il est construit de traces de son passé et producteur de traces dans son présent. Il ne peut pas exister et se développer qu’en interrelation avec son environnement et ses homologues. La personne ayant des incapacités psychiques et mentales souffre d’un dysfonctionnement communicationnel et social des activités. On parle de « double diagnostic » (Zribi, Sarfaty, 2008) quand on associe chez une même personne un déficit des capacités cognitives et des perturbations du comportement et d’adaptation sociale. Le besoin d’accompagnement dans la vie sociale devient primordial pour cette personne. Comment des accompagnateurs en France et au Brésil comprennent-ils la « double pathologie » ? Quelles sont les représentations sociales qu’ils partagent en relation avec l’évolution conceptuelle du handicap, induite par la Convention des Droits des Personnes Handicapées (CDPH) ? Axée sur l’exercice des droits plutôt que centrée sur la santé, la CDPH prend en compte les barrières comportementales et environnementales qui peuvent produire une situation de handicap entravant la pleine participation de l’individu dans la société. Le handicap comme variation du développement humain (Fougeyrollas, 2010) résulte de cette interaction entre l’individu et son environnement. Dans une approche méthodologique qualitative, notre travail compare deux observations en France et au Brésil, pays qui ont signé et ratifié la CDPH. La première fut réalisée au Havre (en 2014) et la seconde à Rio Branco (en 2016). En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec deux groupes d’accompagnateurs dans le domaine médico-social, l’analyse de contenu (traitements manuels et utilisation de logiciels) montre une vision « médicale » du handicap fixée sur les facteurs personnels décrivant la situation de ces personnes comme « maladies » ou des « déficiences ». Elle néglige le rôle de l’environnement dans la production de la situation du handicap. Cependant, les accompagnateurs dans les deux pays soulignent l’importance des facteurs environnementaux dans l’accompagnement et l’inclusion de ces personnes. Nous appelons à introduire l’environnement numérique (Merzeau, 2016) dans l’accompagnement pour faire évoluer la communication des sujets. Ce nouvel environnement « toujours changeant » (Doueihi, 2011), est construit par la convergence des plateformes numériques où les usagers agissent. Dans ce contexte, de nouvelles habitudes de vie (Fougeyrollas et al., 1998) se développent basées sur l’éditorialisation (Bachimont, 2007). L’éducation au numérique et l’investissement des traces dans des projets d’archivage, passent par la ré-documentarisation (Salaün, 2008) de contenus et la mise en place des stratégies de communication en réseaux. Archiver dans le numérique signifie dupliquer et partager avec les autres pour préserver. De tels usages pourraient constituer une démarche d’accessibilité et d’inclusion pour les personnes ayant de troubles psychiques et mentaux allant dans l’orientation de la CDPH. Cette démarche envisage la ré-organisation de l’information et de la communication chez la personne et ses accompagnateurs dans le but de dépasser la désorganisation dans son adaptation et son comportement vers une « participation sociale en réseaux ».

Ce travail a été présenté dans le 14ème Congrès International de Recherche sur le Handicap organisé par l’Association Internarionale de Recherche scientifique en faveur des personnes Handicapées Mentales (AIRHM), organisédu 11 au 14 septembre 2017 à la Haute école de travail social à Genève (HES-SO) en Suisse.

Programme du Congrès.

Voir le site du Congrès.

Support de présentation à venir.

De la réalisation des habitudes de vie à la re-documentarisation des traces : Le numérique pour une “participation sociale en réseaux” des personnes ayant des incapacités psychiques

Résultat de recherche d'images pour "ALTER handicap"

Penser la participation sociale de la personne ayant des incapacités à l’ère du numérique conduit à questionner ses habitudes de vie (Fougeyrollas et al., 1998, 2010) et le processus de sa réalisation. Souffrant d’un dysfonctionnement de comportement et perturbée dans son adaptation sociale (Sarfaty, Zribi, 2008), la personne ayant de troubles psychiques se trouve dépendante dans ses activités courantes et rôles sociaux de ses accompagnateurs. Comment ces derniers appréhendent-ils sa participation sociale ? Que disent-ils du numérique ? Comment la culture numérique (Doueihi, 2011) pourrait-elle favoriser cette démarche et quels changements apporterait-elle ? Peut-on parler de nouvelles habitudes de vie numériques dans un environnement de traces (Mille, 2013) ? Nous interrogeons sur ces questions, un groupe de personnes appartenant à la « fleur relationnelle » (Colloc, Léry, 2008) des personnes ayant des incapacités psychiques à Rio Branco (Acre) au Brésil en 2016. Notre approche méthodologique est qualitative. Elle comprend un questionnaire et des entretiens semi-directifs. L’analyse thématique de contenu montre la difficulté des accompagnateurs de définir la participation sociale comme processus. De plus ils l’associent à des pratiques citoyennes et à des activités numériques collaboratives. Nous proposons un modèle de “participation sociale en réseaux” pour achever une présence numérique (Merzeau, 2010) active. A cette finalité, nous soulignons l’importance de mettre sur pied une translittératie (Merzeau, 2014) qui habilite le pouvoir individuel et collectif des personnes ayant des incapacités psychiques d’agir sur leur environnement. Nous appelons également à l’appropriation des traces numériques dans de contributions mémorielles et à la re-documentarisation (Salaün, 2007) de contenus. L’objectif est l’organisation des habitudes de vie numériques sous forme de reconstruction des ressources et d’archivage permettant une expérience partagée.

Ce travail fut présenté dans la Conférence Handicap, Reconnaissance et “Vivre ensemble”. Diversité des pratiques et pluralité des valeurs, organisée par la Société Européenne de Recherche sur le Handicap (ALTER) à l’Université de Lausanne en Suisse les 6 et 7 juillet 2017.

Programme complet de la conférence.

Voir le support de la présentation : https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8US02T0NFYW8xdEE

 

 

 

 

 

 

Digital culture and social participation of persons with disabilities

image

How can digital culture insure the social participation of population with disabilities?

Referring to the Human Development Model- Disability Creation Process (Fougeyrollas, 2010), we believe that disability occurs in the interaction between personal and environmental factors. This process affects one’s life habits (INDCP) and subsequently their social participation.

In the digital environment, users develop new social and cultural uses. One new life habit shared by many digital users is the editorialization. According to Bruno Bachimont (2007), the concept of editorialization designates an editorial activity from the indexed fragments of a document. The aim is no longer to find a document but rather to produce new ones using new resources.

Searching for online content and combining fragments of documents to generate substance, is a new way of writing/living in the digital. We believe that a person with disability can achieve an ample part of their network social participation by developing their online presence (Merzeau, 2010) and managing new forms of digital writing.

This general lecture was held in Al-Azhar University Indonesia in Jakarta on November 29th of 2016. To check the presentation: https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8ZmZfaXBQdXNsRmc

To watch the interview : https://drive.google.com/open?id=0B-kLciZhjIfXZjBsZG1LVy11Z28

interview-with-hadi-s-a

Clubhouse connecté pour la population ayant des incapacités psychiques : pratiques numériques collaboratives, emplois de transition & communs de la connaissance

pic-2

   Le modèle du clubhouse connecté que nous proposons dans cette présentation consiste à mettre en place une éducation au numérique, une première condition pour la “participation sociale en réseau” (Saba Ayon, 2016). Conçu pour une population ayant des incapacités psychiques, le clubhouse la connecte à l’environnement numérique qui modifie instantanément l’espace urbain et les pratiques de vivre dans la ville. L’objectif est de développer une présence numérique (Merzeau, 2010) qui favorise une bonne communication et une activité collaborative et participative. Face à une traçabilité numérique exploitée par les grandes firmes pour profiler les usagers, le numérique, dans une approche culturelle (Doueihi, 2013), devrait être investi dans des projets collectifs et mémoriaux pour faire des communs de connaissance (Mulot, 2016) utiles et efficaces à la personne et à sa communauté.

Ce travail a été présenté dans le cadre du Colloque International “Pour une ville inclusive : Innovations et partenariats”, organisé par le RIPPH et le CIRRIS à l’Université Laval à Québec les 08 et 09 novembre 2016.

Voir le support de la présentation : https://drive.google.com/open?id=0B0pzbHXvgDK8Tlg0QnZTS0YwNDA

Une vidéo de la présentation sera mise en ligne bientôt.